Plainpalais
Modern culture
 
L’histoire de la photographie nous livre une image largement communautaire du skate et des skateurs à travers le monde : came tessons sang bastons ruines délinquance décibels vitesse gang hess.
Die Schweiz, la Suisse, la Svizzera, la Svizra, un pays de carte postale : ses édelweiss, son chocolat raffiné, ses montres d’une précision implacable, ses pistes de ski immaculées, sa mentalité ; propre, ordonnée, calme, lisse.
Quel espace reste-il entre ces deux visions si contradictoires pour évoquer sans oxymore le skatebord suisse ?
Un Français adoptif de la Confédération et une Suissesse fusionnent et dépassent ces préjugés mutuels sur cette discipline et ce pays donnant naissance à un livre à mi-chemin entre graphisme et photographie.
Visuellement en accord avec le pays qu’ils documentent, ils s’attachent à contrer la vision sociétale traditionnellement portée sur ce sport, lui proposant une existence artistique renouvelée. Ainsi, quatre typologies d’image distinctes composent Painpalais : portraits, architectures extérieures, natures mortes et vues d’intérieur.
Sortis de leur contexte, ces jeunes skateurs helvétes sont présentés systématiquement et sans attache visible à leur sport. Aucune égratignure ou protection ne vient troubler ces physionomies harmonieuses, dont le lien thématique est révélé par l’intégralité du contenu éditorial.
Le lecteur, invité à se glisser dans leurs peaux, découvre l’urbanisme de grandes villes suisses: Zurich, Genève, Bern ou Lausanne, à travers des structures architecturales rappelant leurs terrains de jeu. Un regard plus particulier est porté sur l’espace de Plainpalais à Genève, redessinant ces courbes de manière picturale. Cette partie donne à l’interprétation de multiples possibilités allant des domaines skiables aux peintures abstraites. De par sa présentation propre à l’extrème, c’est le lien le plus abouti entre les deux objets traités. Il trace en effet les contours d’un skatepark typiquement suisse.
Afin de piquer le sujet au vif tout en gardant l’esprit du livre, un assemblage de planches de skate désassemblé donne lieu à plusieurs natures mortes aériennes de prime à bord difficilement reconnaissables. Ces compositions, de pièces détachées suggèrent un regard esthétique, de manière décontextualisée.
Désireux de poser une marque temporelle sur ces espaces et ces portraits, un choix délibéré a conduit à des prises de vues d’intérieurs de centres commerciaux, témoins contemporains.
Hardcover
52 pages
270 x 405 mm
en collaboration avec Vincent Sauvaire